GONE — forum
Bienvenue sur le Forum de Gone, crée par le Fondateur Caine, et dirigé avec l'aide de Revan et Cloporte. Les sujets sur GONE sont en haut, et ceux sur DISPARUS,http://gone.creerforums.fr/t10-disparus, la Fan Fiction de Caine en bas. Bonne visite !

Caine, le Fondateur

Résumé

Aller en bas

Résumé

Message par Brise le Lun 3 Juin - 21:39

Voila un résumé d'une idée de livre. Est ce que je devrais écrire un livre dessus? J'attends vos avis.
PS : faites pas attention aux fautes d' orthographes, j'ai tape au kilomètre...

Petite enfance (6 ans)
Elle s' appelait Théa
Elle a une enfance heureuse. Elle a une sœur de dix ans, un frère de 3ans et une autre sœur de quelques mois. Ses parents sont des alchimistes très doués qui travaillent anonymement pour le gouvernement: ils doivent matérialiser la magie. Eux- mêmes et leurs enfants ont des pouvoirs, comme certaines personnes dans le pays. Comme leurs enfants vivent au milieu substances chimiques et magiques, ils ont des pouvoirs beaucoup plus élevés que la norme (environ 6x plus) . Les parents travaillent avec un autre couple d' alchimistes, les parents de Léo. Léo a cinq ans, un frère et une sœur, plus jeunes que lui. Les deux familles sont très très proches, elles vivent presque ensemble. Un jour des dirigeants d' entreprises découvrent les agissements secrets des deux familles. Ils engagent des mercenaires pour forcer les alchimistes a se mettre a leur service. Mais, ayant peur que les autres se servent de la mafie a de mauvaises fins, ils refusent. Les mercenaires, d' anciens criminels, égorgent la petite soeur et le petit frère d'Alexia. (elle est parvenue à ce cacher: elle peut voir sans être vue) ses parents ne disent toujours rien, et ils sont tués. Alexia, croyant les assassins partis, sort de sa cachette. Les mercenaires la somme de les mener chez Léo. Elle refuse. Ils la frappe, puis la force à les y emmener. Elle les guides, mais parvient à les précéder dans les escaliers. Elle cache Léo mais n' a pas le temps de cacher le reste de sa famille, seulement de les prévenir. Les mercenaires menace les parents de leo puis face a leur refus de coopérer, les tuent. Au passage, ils mette fin a la vie de la soeur de leo mais épargnent le plus petit. Il trouve la cachette d Alexia et la somme de mettre le feu magiquement a la maison ainsi qu' a sa maison. En état de choc, elle n' arrivent pas a se servir de la magie. Il la menace de tuer la petite Mannelle si elle ne se dépêche pas. Toujours bloquée, il tue la petite de 1 an. Ils frappe et et bruoe Alexia qui réussit finalement a faire jaillir des flammes de ses mains. Elle sait que Leo est toujours a l'intérieur. Une fois sa besogne accomplie, les mercenaires partent en la laissant pour morte. Elle est retrouvée par un médecin qui l'emmène a l'hôpital. Comme le gouvernement ne veut que cette histoire se sache, et que la fillette ne se souvient plus de rien, pas même son nom,(elle a subi un lavage de cervaux) il invente une explication: les parents d' Alexia sont morts dans un accident de voiture, elle est la seule survivante. Des fermiers l' adopte et la prénomme Alexia. Ses pouvoirs magiques ne se révèlent qu'a ses douze ans
Enfance adolescence (6-17 ans )
Ses parents lui ont toujours dit la vérité sur sa vie antérieure. Mais comme il ne savent pas qu'elle a subi l' attaque des assassins, ils lui disent que ses parents sont morts d' un accident de voiture. Sa soeur s' appelle Caroline et son frère s' appelle Maxime. Ses meilleurs amis sont ses voisins, Amaury et Manoé.
Elle est assez brutale mais ne le fais pas exprès. Elle est gentille mais insolente et veux changer les choses. C'est pourquoi elle s'inscrit a spender au lieu de margs. Spender est un établissements où tous les garconsz magiques du pays étudient. (les même matières que nous + art du combat et de la magie). on apprend aux garçons que les femmes doivent leur être soumises. A Margs, l' institut pour fille magiques, on empêchent les filles de réfléchir et de devenir autres chose que des fifille a leur maris. Et Alexia ne veut pas d'une vie comme ça. Ce n'est pas son caractère. Comme ses pouvoirs sont surdéveloppés, ils sont indetectbles et Alexia peut facilement se faire passer pour un garçon. Les seuls au courant de son vrai sexe sont ses trois camarades de chambre, puis apres son petit ami, Dylan. Un jour, Leo, qui a survécu a l'incendie débarque a Spender. Alexia a 13 ans. Lui se souvient du massacre mais croit que la jeune fille (il la reconnaît) n'est pas celle qui a vendu sa famille ni celle qui a provoque l'incendie. Ils lui raconte leur histoire et ils partent avec Dylan a la recherche des mercenaires. Quand ils les retrouvent, les assassins découlent le rôle qu' a joue Alexia dans l'exécution de la famille de Leo. Elle pète les plombs et fais exploser les mercenaires. Elle devient folle a cause de ce qu'elle a fait et se déteste . Elle ne se défend même pas quand Leo, fou de rage, essaie de la tuer. C'est Dylan qui intervient. Au bout de plusieurs mous elle recouvre un état mental normal.
Adulte (18 ans et plus)
Entre temps, une guerre eclate entre mutants et humains. La guerre fait de nombreux morts, dont des êtres chers a Alexia. Avec l' aide de Leo, de leurs pouvoirs surdimensionnés et des autres jeunes magiques, Alexia expédie tous les humains sur un autre monde, la Terre. Elle change également des lois génétiques: désormais, les mutants n' auront pas tous les pouvoirs mais des pouvoirs spécifiques et approfondis.
Alexia a un enfant de Dylan: Loïse. Mais Dylan ne survit pas a l' intervention magique majeure et elle se marie avec Leo avec qui elle a deux enfants: Thea (comme son nom d' origine) et Jers
avatar
Brise

Messages : 51
Date d'inscription : 02/06/2013
Age : 20

Feuille de personnage
Etats: RPG Gone: -/ RPG Disparus: -
Points: Disparus PV 10/10, PM 10/10 — GONE PV 10/10, PM 10/10
Inventaires: RPG Disparus: 5 trousses de secours/ RPG Gone: 5 trousses de secours

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Résumé

Message par Caine le Dim 13 Oct - 12:54

J'ai hâte de la lire


Le Fondateur

Les forts mangent. Les faibles sont mangés


I will find you.
I will burn you house.
I will eat your cat.
avatar
Caine
Admin

Messages : 1497
Date d'inscription : 18/02/2013
Age : 19
Localisation : La Zone

Feuille de personnage
Etats: RPG Gone: -/ RPG Disparus: -
Points: Disparus : PV 10/10, PM 10/10 — GONE PV 10/10, PM 10/10
Inventaires: 5 trousses de secours

Voir le profil de l'utilisateur http://gone.creerforums.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Résumé

Message par Brise le Dim 13 Oct - 20:03

Merci pour ton avis. Malheureusement je suis très bordélique et j'ai perdu mes cinq premiers chapitres. J'ai recommencé à l' écrire mais je ne suis qu'au chapitre 1. (je suis lente a écrire, surtout que je suis sur 4 projets à la fois... Je vais essayer de poster le chap.1 bientôt (normalement dans la semaine)


«Avant j'étais schizophrène, maintenant nous allons mieux.» Wink
avatar
Brise

Messages : 51
Date d'inscription : 02/06/2013
Age : 20

Feuille de personnage
Etats: RPG Gone: -/ RPG Disparus: -
Points: Disparus PV 10/10, PM 10/10 — GONE PV 10/10, PM 10/10
Inventaires: RPG Disparus: 5 trousses de secours/ RPG Gone: 5 trousses de secours

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Résumé

Message par Brise le Sam 27 Déc - 15:52

J'ai enfin décidée de publier le premier chapitre de l'histoire, que j'avais promis il y a... 1an et deux mois  Embarassed

Chapitre 1 : Spender.

Alexia se réveilla en sursaut. Encore ce maudit cauchemar. Il y’avait des flammes partout, un enfant criait et un autre pleurait. Elle se sentait coupable, honteuse et triste mais en ignorait la raison. Puis elle s’éveillait. Alexia n’avait aucun souvenir de sa petite enfance, son plus lointain remontant à ses six ans, quand elle s’était réveillée dans un hôpital. On lui avait alors raconté qu’on l’avait trouvée sur la route, dans un fossé. Sa famille avait eu un accident de voiture et elle était la seule rescapée. Un miracle, selon les médecins. Alexia avait alors été envoyée dans une famille d’accueil : elle n’avait pas d’autre famille. Dans sa nouvelle famille, elle avait une sœur et un frère. Du haut de ses douze ans, elle était l’ainée. Sa sœur avait dix ans et son frère en avait sept. Elle avait toujours été une petite fille d’apparence sage et modèle, avec malgré tout un penchant espiègle. Alexia était curieuse, généreuse, déterminée, rebelle, frimeuse, courageuse, têtue, intelligente, et fière- voire un peu méprisante. Elle avait de beaux cheveux bruns ondulés aux reflets de cuivre. Ses yeux étaient verts-gris, comme la mer un jour de mauvais temps, et son corps était gracieux, malgré la persistante rondeur de l’enfance.  
Elle regarda son réveil : il n’était que trois heures du matin, et même si elle s’était couchée à minuit, Alexia savait qu’elle ne se rendormirait pas. Elle était beaucoup trop tendue. A huit heures, elle avait rendez-vous avec le directeur de son nouveau collège, l’institut Spender. Ce collège est un internat pour enfants spéciaux. Et Alexia est spéciale : elle est magique. Certains enfants développaient à l’âge de dix-onze ans, des pouvoirs surnaturels. Ils étudiaient alors dans une école spécialisée qui les aidait à développer, maîtriser et utiliser leur don. Ces enfants possèdaient le pouvoir de voler, de changer de formes, de disparaître, d’invoquer les éléments, de matérialiser des objets. Ils étaient aussi télépathes entre eux, télékinésistes et avaient une aptitude plus développée pour le combat- armé ou non. Alexia  allait donc entrer dans ce collège. Elle avait découvert ses pouvoirs au début de l’année, en octobre. Le temps que les démarches administratives se fassent et que la jeune fille passe l’examen d’admission, elle entrait à l’institut au mois de janvier. Ses parents adoptifs habitaient à deux heures en train rapide de l’établissement. Alexia ne rentrerait chez elle qu’un week-end sur deux. Il y avait deux collèges pour enfants magiques : un était réservé aux filles et l’autre aux garçons. Malheureusement, celui des filles- Margs- formaient des jeunes filles soumises qui ne devraient qu’obéissance respect et vénération à leur mari.  Et Alexia savait que son sal caractère ne lui ferait pas tenir une journée dans une telle ambiance. Elle avait donc dû se faire passer pour un garçon pour être admise à Spender. Alexia possédait des pouvoirs beaucoup plus élevés que la normale, ce qui lui avait permis de concocter une potion indétectable qui la changeait en garçon durant vingt heures. Cependant, malgré son caractère vaniteux, Alexia cachait l’immense potentiel de ses pouvoirs. On pourrait avoir peur d’elle et se servir de son don pour des recherches expérimentales qui pourraient tomber entre des mains mal intentionnées. Alexia se prépara et il lui fallut une bonne demie- heure pour être fin prête. Elle avait encore une heure et demie devant elle avant de partir pour la gare. Il lui fallait compter environ une heure pour se rendre à la gare à cheval. Ses parents étant des paysans, elle n’avait ni voiture, ni mobilette. Elle se déplaçait la plupart du temps à cheval ou en bicyclette. Elle se levait le matin à quatre heures pour aider ses parents aux champs avant de partir pour l’école. Sa sœur ne participait à la vie de la ferme que depuis cette année et son frère étant trop jeune,  restait à la maison. La jeune fille prit son vélo et pédala à toute vitesse en direction de la ferme voisine. Elle arriva chez ses amis à quatre heures et se réjouit qu’ils soient déjà réveillés. Ses meilleurs amis avaient à peu près le même âge qu’elle : Manoé avait onze ans et son frère Amaury avait treize ans. Alexia les connaissait depuis toujours –enfin, depuis ses six ans- et elle ne les quittait que lors des cours et la nuit. Ils étaient presque comme une deuxième famille pour elle et sa sœur.
Alexia était encore dans l’allée qui menait à la maison de ses amis quand elle vit une silhouette courir vers elle : elle reconnut immédiatement Manoé. Elle descendit de vélo et se précipita dans les bras de son amie. Manoé s’exclama :
« -J’avais tellement peur que tu n’aies pas le temps de venir nous dire au revoir ! Tu vas nous manquer tu sais. 
-Vous aussi vous aller me manquer. Et ne t’en fais pas je reviendrai un week-end sur deux.
Les deux fillettes se baladèrent le long des champs, en bavardant de choses et d’autres. Manoé fit remarquer que Spender étant une école pour garçons, Alexia aurait la voix libre. Mais Alexia lui rappela qu’elle ne pouvait révéler qu’elle était une fille.
« -Bon il faut que j’y aille, je ne voudrais pas rater mon train. C’est dommage que ton frère ne soit pas là, j’aurai bien aimé lui dire au revoir… » soupira Alexia
« -Oh je vois… il va te manquer plus que moi n’est- ce pas ? sourit Manoé
-Mais non, idiote tu sais bien que c’est toi que je préfère entre vous deux. »
Alexia repartit chez elle et arriva bientôt devant sa famille, réunie sur le seuil de la porte d’entrée. Elle étreignit les siens et partit à la gare. Sa sœur l’accompagna pour pouvoir ramener le cheval d’Alexia à la ferme. Quand les deux filles entrèrent dans le hall de la gare, elles restèrent paralyser. Tous ses gens les intimidait et le trajet jusqu’au guichet relevait du parcours du combattant. Elles vivaient dans un coin perdu, éloigné de toute civilisation moderne. Alexia avait déjà réservé sa place et elle n’eut plus qu’à la récupérer et la payer. Elle étreignit une dernière fois sa sœur Carole et se dirigea vers le quai 6. Alexia devait arrivée dans la capitale vers sept heures et quart. Il lui faudrait ensuite prendre un taxi. La capitale, Phidène, ne se trouvait qu’à quelques minutes de l’internat, mais ne sachant comment y aller, elle devrait faire le trajet en automobile. Alexia monta dans le train et se trouva une place à une table de quatre. Bientôt le train démarra. Alexia qui n’avait jamais pris le train, trouva le voyage extra- ordinaire. A l’arrêt de la ville de Trists, alors que le train roulait depuis une heure, une jeune fille de quinze ans vint s’installer en face d’Alexia. Elle se présenta, à peine installée :
« -Salut, je m’appelle Valentine, mais tu peux m’appeler Val. Je viens de Kylon, c’est un petit village de pêcheurs pas très loin d’ici. J’ai quinze ans et toi ?
 -Euh… je m’appelle Alexia, j’ai douze ans et je viens de Norbem. C’est un village de fermiers.
 -Ah, je me disais bien que tu n’étais pas de la ville, toi. Pourquoi tu vas à Phidène ?
 -Comment tu sais que c’est là que je vais ? répondit Alexia, déconcertée.
 -Parce que c’est le prochain et dernier arrêt. Fit Valentine, avec évidence
-Ah oui. Eh bien j’y vais pour les études. Les collèges sont meilleurs là- bas qu’ici. Dit Alexia d’un ton monocorde.
-Moi aussi j’y vais pour les études ! s’exclama Val d’un ton enjoué. Sauf que moi, je recherche un lycée. »
Il faut préciser que dans ce monde, il n’était pas rare de commencer son année scolaire au mois de janvier. Un grand nombre d’enfants de paysans ne trouvaient un établissement de bonne renommée que tard dans l’année scolaire. Le temps de chercher, de trouver, de s’inscrire et d’être admis…
Valentine parla pendant toute l’heure, mais Alexia, qui manquait de sommeil, n’écouta que distraitement, déployant toute son énergie pour s’endormir. Enfin, le train arriva en gare.
Alexia et Valentine se séparèrent et Alexia, son sac sur le dos, partit à la recherche d’un taxi. Elle fit signe à un chauffeur et elle monta dans une voiturette bleue qui l’emmena directement, en dix minutes à peine, devant le parvis d’un imposant bâtiment de pierre, aux murs peints en vert olive. Elle avait pris soin de boire sa dose de potion à la sortie de la gare, dans un coin qui la dissimulait aux regards. Elle avait regardé l’heure avec précision : 7h23. La voiturette fit demi- tour et la jeune fille- désormais désignée par le jeune garçon- regarda sa montre. Il lui restait vingt minutes de temps libres. Puis les portes de l’établissement s’ouvrirent, et Alexia- de son nouveau nom Alexis- vit un homme apparaitre dans l’encadrement des portes. L’homme se présenta comme étant le directeur de l’internat. A cette heure, les élèves déjeunaient dans la grande salle, qui, expliqua- t- il, faisait également office de salle de conférence et de fête. Le directeur, M. Lorman, profita du calme qui régnait alors dans les couloirs pour faire visiter les locaux au nouveau. Au rez- de- chaussée, les salles administratives. Les élèves n’y allaient pratiquement jamais. Au premier étage, les chambres des garçons de quinze à dix- huit ans, avec les douches et les toilettes. Les second, troisième et cinquième étages étaient voués aux salles de cours. Au quatrième, la bibliothèque, la salle de jeux et les salles d’entrainements sportifs. Au sixième, les dortoirs et salles d’eau des gamins de dix ans et moins. Et enfin, au septième, l’étage des élèves entre onze et quatorze ans. Alexia demanda pourquoi les élèves de son âge étaient logés au dernier étage. Le directeur répliqua que, selon la logique, les grands étaient en bas car ils se levaient plus tôt et faisaient moins de bruit en étant plus près de la cantine et des classes. Les plus petits n’étaient pas trop haut pour ne pas être trop fatigués de monter autant d’escaliers chaque jour. Il ne restait donc plus que les moyens. M. Lorman lui montra  sa chambre, qu’elle partageait avec deux autres garçons de douze et quatorze ans. Puis il la laissa seule dans la chambre avec ses derniers mots : « tu as une demie- heure pour ranger tes affaires et rejoindre les autres avec ton matériel en salle 206. »
Alexia se hâta de ranger les vêtements de garçon qu’elle avait achetés la semaine dernière avec Amaury, dans la dernière armoire encore vide. Il y avait trois couchettes mais seulement deux étaient occupées. Elle s’installa ensuite sur l’unique lit- mézanine, étonnée que personne ne se le soit encore approprié. Elle rangea ses affaires de toilettes dans la salle d’eau liée à leur chambre et prépara son sac. Elle regarda son emploi du temps. Aujourd’hui, elle avait deux heures de langues, deux heures et demies de pratiquent, trois heures d’histoires de la magie,  et une heure de maths, avec une heure pour manger le midi. Ainsi elle finissait les cours à dix-huit heures et les commençait à 8h30. Elle fut alors étonnée que le directeur lui ait demandé de rejoindre sa salle de classe à 8h. Elle en déduisit qu’il s’était trompé. Elle regarda sa montre : 7h50. Elle entendit des bruits de pas dans l’escalier et devina aisément que le raffut était dû aux élèves de son âge qui avaient fini de déjeuner. Quelques minutes plus tard, deux garçons entrèrent dans la chambre. L’un était petit, portait des lunettes, avait les cheveux bruns et les yeux marrons-verts ; tandis que l’autre était grand et bien bâti, avait des cheveux clairs, des yeux bleus et quelques taches de rousseur sur le nez et les pommettes.
Le petit se présenta :
« -Je m’appelle Simon Porel, je viens de Fevau dans la banlieue phidènoise. J’ai douze ans. Et lui c’est Quentin, il a quatorze ans et vient de province, de Lullay, près de la côte est.
-Bonjour, bienvenu à Spender.  Dit le deuxième garçon avec un sourire.
-Ah oui, bonjour quand même. Se reprit le dénommé Simon
-Bonjour, je m’appelle Alexis et je viens aussi de la côte est, de Norbem. J’ai aussi douze ans. Vous êtes mes compagnons de chambre je suppose ?
-Oui c’est ça. » Conclut le grand un peu taciturne.
Quentin partit faire sa toilette tandis que Simon préparait son sac de cours, tout en posant des questions à Alexia :
« -Tu a découvert tes pouvoirs à quel âge ?
-A douze ans. En octobre, cette année.
-mais c’est tard ! D’habitude, les enfants se découvrent des capacités magiques vers l’âge de sept ou huit ans. Moi je suis assez précoce, je les ai depuis mes cinq ans. Tu as des frères et sœurs ?
-Oui j’ai une sœur de dix ans et un frère de sept ans.
-Oh tu as de la chance. Moi aussi j’aimerais bien avoir des sœurs, même si je préfèrerais un frère ou deux. »
Quentin sortit de la salle de bain et Simon prit sa place. Alexia sortit un livre et commença à lire, tandis que Quentin préparait son cartable. Au bout d’un moment, il dit à la jeune fille :
« - Tu sais les gars d’ici sont supers sympas mais il y’en a qui sont de grosses brutes et ceux-là s’en prennent souvent aux nouveaux, et les profs n’interviennent jamais, cela fait partit de notre éducation. Je te préviens, au cas où.
-Merci. C’est toujours bon à savoir. Sourit Alexia
-Ah aussi, en dehors des cours, la magie n’est pas permise. Si tu t’en sers, tu t’exposes à être de corvée, et pour avoir tester, c’est plutôt pénible.
-D’accord, je m’en souviendrais. »
Une fois Simon sortit de la salle de bain, les trois camarades se rendirent à leur classe de cours respectives. Il y’avait peu d’élèves dans le collège, ainsi le classe d’Alexia et de Simon n’était composée que de 22 élèves, eux y compris. Alexia s’assit à côté de Simon et un autre élève s’installe près d’elle. Simon lui décrivit les profs un par un mais la jeune fille n’écoutait pas. Elle pensait qu’elle avait super faim car elle n’avait pas mangé ce matin et qu’elle avait vomi après le voyage en voiture, et puis elle était fatiguée, n’ayant presque pas dormi de la nuit.  Le premier cours était très intéressant mais le garçon près d’elle ne put s’empêcher de tenter de lui faire la conversation. Elle apprit qu’il s’appelait James, qu’il venait du sud du pays et qu’il avait une sœur. La jeune fille le trouva amical, elle lui accorda quelques réponses, et se présenta elle aussi. Elle prit également des notes sur le cours. Elle qui ne savait parler que la langue du pays (le lessydais) elle fut émerveillée par la langue de l’Estren, un pays raffiné, principalement composé d’elfes et de fées. Malgré tout, elle fut ravie d’entendre la cloche de la deuxième heure sonner. Elle n’eut pas le temps de souffler que déjà Simon et James la trainait en direction du gymnase. Elle enfila rapidement sa tenue de sport. Simon lui expliqua que le cours de pratique pouvait être soit un cours de magie, soit un cours de combat. En l’occurrence, il s’agissait d’un cours de combat. Alexia dut froncer les sourcils car James lui demanda si elle n’aimait pas se battre. Elle répondit qu’elle ne s’était jamais battue. Elle avait peur de tomber dans les pommes, comme elle n’avait pas déjeuné, et elle ne voulait pas passer pour une chochotte. Une fois changés, les enfants se dirigèrent vers le gymnase. Ils furent bientôt rejoints par les élèves de treize et quinze ans. Ceux de quinze ans leur donnaient les cours. Ils formaient des trinômes, obligatoirement composés d’un grand et de deux petits. Simon et James se mirent ensemble, oubliant leur pauvre camarade qui se retrouva seule. Une petite épidémie s’étant installée à Spender, trois élèves manquaient à l’appel. Au bout de quelques minutes de grands de quinze ans s’approchèrent de la jeune fille. L’un d’eux lui expliqua :
« - Salut, je m’appelle Dylan. Le gars dont je m’occupe d’habitude est absent, et je n’en ai qu’un. Tu es nouveau c’est bien ça ?
«- Euh, oui.
- Bon alors dorénavant, je suis ton mentor pour les cours de combat. Comme les deux petits de Sam ne sont pas là, il va aussi s’occuper de toi pour le moment. Tu es nouveau, il faut que tu rattrapes ton retard. Bon aller, on commence. 
Dylan lui montra les mouvements de défense de base. Quand l’adversaire est en face, lui agripper le poignet d’une main, placer son autre main sous le coude de l’adversaire et tirer d’un coup brusque le poignet vers le bas. Une fois que le « crac » retentit, tirer la tête de l’ennemi vers le bas, l’allonger au sol et sauter à pieds joints sur ses genoux. Au deuxième « crac » l’adversaire est immobilisé et vous êtes en sûreté. Pour lui montrer, Dylan illustra sa théorie en prenant la pauvre fille comme cobaye. Elle serra de douleur le poing gauche quand le garçon lui brisa le coude droit, et elle émit une plainte étouffée quand ses genoux se brisèrent. Le gymnase et la salle de repos étaient les seules salles où les enfants pouvaient pratiquer la magie. Sam la soigna rapidement grâce à ses pouvoirs et ce fut à son tour d’essayer sur Dylan. Elle parvint facilement à maitriser le mouvement et ils passèrent à la défense lorsque l’adversaire se trouve derrière vous. Pour cela, il fallait se retourner rapidement, enfoncé son poing dans son estomac, le pousser à terre et l’étrangler. Tout cela ne prenait que quelques secondes. Moins de 30. Encore une fois, il joignit les gestes à la parole. Cependant, il ne voulait pas qu’Alexis s’évanouisse et avait décidé de ne pas serrer trop fort ni trop longtemps. Mais il ne contrôla pas bien sa force et Alexia perdit connaissance. Dylan remarqua :
« - Merde, j’y suis peut- être allé un peu fort.
- Non, tu crois ? Se moqua Sam avant d’ajouter : Je vais chercher un verre d’eau pour le réveiller. »
Et il partit en direction de la salle de repos. La salle de repos du gymnase était en fait une immense trousse de premier secours, comportant trois lits d’hôpital, un évier, des verres, des barres énergétiques et une armoire remplie de compresses, de pansements, de bandages, de pommades. Les accidents n’étaient pas rares, et déjà un lit était occupé. Un petit s’était blessé avec un poignard et sa cuisse saignait abondamment. Et encore, pour l’instant, le cours n’avait commencé que depuis dix minutes : la salle de repos serait bientôt remplie de blessés. Sam, de son vrai nom Samson, prit un verre et le rempli d’eau du robinet. Quand il revint vers Dylan, il vit que le nouveau s’était réveillé et engueulait son camarade. Il se précipita pour intervenir car il connaissait bien Dylan et savait qu’il possédait un caractère brutal, qu’il ne fallait pas échauffer. Il posa le verre sur une petite table le long du mur et parvint à la hauteur de ses deux compagnons. Dylan criait :
« - Oh ça va, ce n’est rien, je ne t’ai pas non plus frappé ! Mais il fallait bien que tu te réveilles, ton retard ne va se rattraper en un jour, surtout si tu perds connaissance à chaque fois !
- A chaque fois ? Si tu ne m’avais pas étranglée, on n’en serait pas là ! répliqua Alexia.
- Qu’est- ce qu’il se passe ici ? S’enquit Sam
- il se passe qu’il m’a frappée ! Après m’avoir étouffé, cet abruti m’a giflée.
-C’était rien du tout, protesta Dylan. Après un temps, il ajouta :
- Enfin, j’ai peut- être été un peu trop violent, mais je n’ai pas fait exprès, je suis désolé, je ne contrôle pas toujours ma force. Mais je ne suis pas un abruti.
Le malentendu se dissipa rapidement et ils reprirent le cours dans la bonne humeur, tant que l’on peut être de bonne humeur quand on apprend à se battre. Alexia découvrit qu’elle se débrouillait assez bien, et au bout de deux heures intensives, sans pause –contrairement aux autres- la jeune fille avait progressé deux fois plus que ce que les autres enfants. Elle maitrisait désormais tous les mouvements de base, alors que d’ordinaire, il fallait deux séances pour y parvenir. Mais ses mentors ne l’avaient pas lâchée une seule seconde et Alexia n’en pouvait plus. Sa tête lui tournait, ses jambes flageolaient et des étoiles dansaient devant ses yeux. C’était l’heure de la pause- déjeuner, et Alexia rejoignit James et Simon dans le couloir, à la sortit des vestiaires. Ils s’excusèrent de l’avoir laisser seule mais elle ne leur en voulait pas. Ils la guidèrent jusqu’au réfectoire, ou ils devaient faire la queue pour pouvoir manger. Ils mangeaient à la même heure que les lycéens et ces derniers poussaient les plus petits. Alexia, qui avait de plus en plus de mal à rester debout fut bousculée et se retrouva hors de la queue. Elle voulut rejoindre ses deux nouveau amis dans la queue mais une grosse brute qui faisait deux têtes de plus qu’elle et était bien bâtie lui barra le passage. Le mastodonte dit, narquois :
«-  Désolé mais quand on est sorti, on entre plus.
- Mais c’est toi qui m’as poussé ! Accusa la jeune fille.
- Ne me parle pas sur son ton, minus. Qui es- tu d’abord ? Je ne t’ai jamais vu ici.
- Je m’appelle Alexis, je suis nouveau. Répondit- elle, une lueur de défi dans le regard.
- Eh bien sache Alexis, que ce sont les grands qui commandent, donc tu vas faire ce que je te dis et tu vas retourner derrière. Gronda le grand.
La jeune fille lui lança un regard venimeux mais ne bougea pas d’un cil. L’autre répéta plus fort et plus menaçant :
« - J’ai dit va derrière, et quand moi, Mark, je dis quelque chose, j’entends qu’on m’obéisse.  
«  -Je n’ai aucun ordre à recevoir d’une grosse brute stupide comme toi. Cracha la jeune fille. »
Tous se turent dans le couloir du réfectoire. Personne n’insultait Mark, et les quelques rebelles et nouveaux qui l’avaient fait, avait tous mal finit : soit ils avaient rampé devant lui pour implorer son pardon, soit ils subissaient chaque jour quelques brutalités. Les seuls qui pouvaient se moquer de lui étaient lui- même, Dylan et Greg qui étaient deux élèves assez violents, Lucas, le jeune frère de Mark, et Katie, qu’il aimait beaucoup. Katie était une jeune fille de Margs, qu’il avait rencontrée durant une des Visites Mensuelles. Celle du mois de novembre. Mais Katie ne l’aimait pas. Elle était seulement son amie.
Mark regarda d’un air suffisant le petit bout d’homme qui se tenait devant lui et qui avait osé l’insulter. En public en plus. Il s’apprêtait à le frapper quand Dylan s’interposa. Mark lui intima de s’écarter, et comme il refusait, lui décocha un grand coup de poing dans les côtes. Dylan serra les dents et se plia en deux. L’autre en profita pour le frapper dans la nuque. Il tomba à genoux mais se releva promptement pour donner un coup de pied bien placé à la brute. Celle- ci riposta d’un coup de coude dans le nez du rebelle qui se brisa net. Du sang coulait et inondait les pieds de Dylan qui parvint in extremis à attraper le coude de son adversaire et à appliquer la technique de défense de base. Mais Mark s’y attendait et avant que l’autre ait pu le mettre au sol, il enserra son cou de son autre main et le força à s’abaisser. Une fois à terre, Dylan reçut une pluie de coups de pied dans le dos et les côtes. Il en sentit une craquer, puis deux autres. Ce fut ensuite sa clavicule qui se brisa, quand il reçut un coup dans l’épaule. A ce moment, une masse glissa au sol, et il vit qu’Alexis s’était évanoui. La bagarre cessa, et Mark en fut naturellement le vainqueur. Dylan se releva, non sans difficulté, et partit vers la salle de repos, laissant la jeune fille où elle était. Il s’assit sur une chaise et entreprit de réparer ses articulations et de ressouder ses côtes et son nez. Cela le fatigua un peu et il resta assit sur la chaise. Cela faisait près de deux mois qu’il ne s’était pas battu avec Mark et il fut déçu de constater qu’il s’était fait battre à plate couture. Il avait aidé Alexis, car ce dernier était son élève. Il y avait toujours eu des sortes d’accords mutuels : les plus grands protégeaient leurs élèves de sport et on devait toujours aider ses camarades de chambres. Quitte à se faire tabasser. Mais contre Mark, c’était différent. Personne ne défendait personne. Sauf Dylan et Greg qui défendaient toujours tout le monde. D’ordinaire, Mark n’osait pas s’opposer à lui, car il était agressif et violent et Mark n’aimait pas perdre. Aujourd’hui, la grosse brute avait dû deviner qu’il était fatigué, sinon elle ne l’aurait jamais frappé. Il avait riposté trop lentement et ses coups n’avaient pas été précis. Il avait été nul. D’un geste rageur, il fit valdinguer la chaise à côté de lui. Des larmes de rage, de honte et de fatigue lui montaient aux yeux. Il s’empressa de les essuyées et entendit quelqu’un entrer dans la salle en marmonnant « mais pour qui se prend ce mastodonte ?! Si il croit que c’est parce qu’il a envoyé l’autre rebelle au tapis que je vais arrêter de dire ce que je pense, eh bien il se trompe. Je préfère me prendre des raclées tous les jours, toute ma vie, plutôt que de me soumettre et de me taire. » 
Alexis entra et vit Dylan. Il ramassa la chaise qui gisait à l’autre bout de pièce et s’assit dessus.
« - Tu sais, tu n’étais pas obligé de venir m’aider. Commença Alexia d’une petite voix
- Si je le devais. Je suis un des seuls à pouvoir lui tenir tête. Il t’aurait roué de coup sinon. Expliqua le garçon.
- De ce point de vue- là, que tu sois venu ou pas, cela n’as rien changé. Répliqua- t- elle, cinglante.
- Comment ça ?
- A ton avis, qu’est- ce que ce Mark a fait quand tu es parti ? Il m’a versée sur la figure un verre d’eau glacée qu’il s’était fait apporter et une fois que j’aie repris connaissance, il m’a frappée comme un chien. Mais c’est gentil de t’être interposé, et je ne me fiche pas de toi. Se radoucit quelque peu la jeune fille.
- De rien.
Et il lui expliqua la situation entre Mark et lui. Alexia répondit :
- Vous pourrez compter sur moi aussi maintenant.
Un sourire méprisant et ironique étira les lèvres de Dylan.
- Dois- je te rappeler que tu n’as que douze ans, et que Mark est un grand qui a quatre ans de plus que toi, qui est bâti comme une armoire à glace et qui fait même trembler de peur les gars de dix- sept, dix- huit et dix- neuf ans ? Tu n’arrives même pas à te défendre toute seule contre lui.
- Tu ne m’as pas laissé le temps d’essayer de me mesurer à lui. Et dois- je aussi te rappeler que toi non plus, à ce que j’en ai vu, tu n’es pas capable te défendre tout seul. »
Le visage du garçon s’empourpra. Comment cet avorton de première année de collège qui se faisait remarquer dès le premier jour, et qu’il avait tenté de défendre contre Mark, osait lui parler sur un ton aussi suffisant et moqueur ? Même lui était cherchait moins les embrouilles. Il ne voulut pas cependant, le gifler et il contint- à grande peine- sa colère. Après tout, il n’avait pas vraiment tort. Il s’était fait démonter par Mark aujourd’hui. Il remarqua qu’Alexis était très pâle, et tenait difficilement sur ses jambes. Il lui demanda s’il se sentait bien. Puis il vit que le jeune garçon n’avait toujours pas soigné son dos et son visage meurtri. Alexis répondit qu’il n’avait pas mangé et qu’il avait vomi ce matin, et qu’il n’avait dormi que trois heures. Il commença à se soigné mais Dylan lui proposa de l’aider car lui était en meilleure forme, quoiqu’ épuisé. Encore une fois, les deux enfants s’étaient crêpés le chignon et étaient revenus en de bons termes quelques secondes plus tard. Une amitié complice était née entre eux et elle se fortifierait dans les années suivantes. Pour la première fois, tandis que Dylan lui remettait sa côte en place, Alexia le regarda avec ses yeux de fille. Elle dut admettre qu’il était superbe. Il avait des cheveux qui oscillaient entre le blond et le châtain, et dans ses yeux verts- bleus, turquoises comme les mers chaudes exotiques brillait une étincelle de malice, de défi et d’insoumission. Il avait un petit sourire de guingois, celui des bad boys, qu’elle adorait tant, et elle ne le savait pas, mais elle aussi, quand elle était un garçon, l’arborait. Dans sa peau de fille, elle avait le sourire espiègle et angélique des chipies. Un sourire qui ferait tomber beaucoup de garçons dans les années à venir. Dylan avait un corps qui allait parfaitement avec cette image de mauvais garçon au physique d’Apollon que suggérait sa tête. Il avait certes les épaules carrées, mais il était musclé « en douceur », comme les gymnastes. Ses abdos n’en étaient pas moins impressionnants et bien dessinés, mais cela, Alexia ne pouvait pas le voir. Pas encore. Elle se promit de regarder quand ils se changeraient tous dans le même vestiaire avant le cours de combat, dans deux semaines. Peu de fille de sa classe regardait les garçons avec autant d’intérêt qu’elle, à Norbem. Cela devait être lié à sa maturité, plus importante que celle des autres. Elle espérait qu’il était aussi intelligent que beau, car elle n’aimait pas les abrutis de première. Elle ne savait pas non plus, s’il s’était agît d’un personnage de roman, si elle l’aurait rangé du côté des gentils ou des méchants. Le temps le dirait sûrement. Dylan dut sentir un regard pesé sur lui car il leva la tête et croisa les yeux de la jeune fille qui sentit ses joues s’empourprées. Elle se maudit intérieurement : comme si un garçon rougissait devant un autre garçon ! Elle allait vite être découverte si ses instincts félinins continuaient à prendre le dessus. Elle détourna le visage et Dylan annonça qu’il avait terminé. Ils se dirigèrent vers le réfectoire. L’ambiance dans la queue s’était quelque peu calmée et quand Dylan arriva, personne ne tenta de le dépasser, de lui bloquer le passage ou de le jeter hors de la file d’attente. Car même s’il était un peu méprisant, violent et qu’il se prenait souvent pour le leader, tout le monde l’appréciait plus ou moins, ou lui devait un minimum de respect. Car tous, ici, s’étaient déjà retrouvés face à Mark et avaient été défendu par lui, Dylan. Il incarnait en quelques sortes la rébellion face aux brutes et tous avaient besoin d’un gars comme lui, qui les protège et se fasse tabasser à leur place. Même si Greg les défendait aussi, il était tout de même moins présent que Dylan. Mais personne n’abusait du caractère de solidarité de Dylan, car il n’était pas dupe et la manipulation l’horripilait, et il se serait fait une joie de refaire le portrait au profiteur. C’était déjà arriver une fois. Quand Dylan –qui alors avait treize ans- avait découvert qu’un plus grand faisait de lui sa marionnette face à Mark, le pauvre lycéen de dix- sept ans était rentré pour se guérir dans la salle de repos avec un oeuil au beurre noir, le nez brisé, la bouche en sang, le cartilage des oreilles en miettes, l’avant- bras cassé, et la hanche déboîtée. Jamais plus on ne se servit de lui. Le lycéen mit une demie- journée pour se guérir et il ressortit plus mort que vif, la guérison étant un type de magie demandant beaucoup d’énergie. Depuis ce jour, le grand s’écarte toujours sur le passage de Dylan.
Les deux enfants parvinrent enfin au réfectoire. Dylan s’installa à côté de Sam et de sa bande de copain, et proposa à Alexia de venir se joindre à eux. Mais elle secoua la tête, et partit avec son plateau rejoindre Simon et James. Elle les trouva au fond de la salle ; les deux garçons lui avaient gardé une place. Ils s’excusèrent de l’avoir laissée tomber, mais ils avaient trop peur de Mark, et Quentin lui conseilla d’avoir peur aussi de ce mastodonte, comme elle l’appelait. Alexis répliqua qu’il n’était pas fait pour avoir peur, que c’était bon pour les autres mais pas pour lui. Et il ajouta qu’il se fichait éperdument que les autres lui disent que son sal caractère lui vaudrait des ennuis ; il en était conscient et était prêt à en assumer les conséquences. Ses amis ne cherchèrent plus à le raisonner et comprirent que son caractère se rapprochait pour beaucoup de celui de Dylan.Et ils ne voulaient pas jouer avec le feu. Alexia dévora son repas comme si elle n’avait pas mangé depuis dix jours. Les autres la regardèrent, bouche bée devant tant de voracité. Gênée, elle expliqua son jeûne du matin et ses éprouvantes heures de cours de sport. Elle fit le connaissance d’un ami de Quentin, Rénald, et de deux autres gars de sa classe, Neil et Ludovic, alias Ludo. Elle n’aimait pas trop Neil qui était froid et distant (peut- être parce qu’il venait du Nord) et Rénald manquait de personnalité. Même si Simon était un véritable moulin à paroles, il était sympathique, et pas si lourd que ça, finalement et Alexia comprit vite que ce type- là était un cerveau. Ludo était plus renfermé, mais ce n’était pas pour autant qu’il était insociable. Il était juste calme. Quentin n’était ni vraiment calme ni vraiment turbulent. Il était sage et réfléchi, mais pas non du genre de ceux qui ont peur d’aller quelquefois contre le règlement, ni de ceux qui jouent les rabat- joie.  Parmi toute la bande, Alexia préférait de loin James, qui était turbulent, dérisoire, optimiste, extraverti- mais pas autant que Simon- et espiègle. Il avait des cheveux châtains, des yeux kakis, bref rien d’extra- ordinaire. « Dommage… » songea  Alexia. Les cours se poursuivirent et Alexia adora tout particulièrement le cours de langues, où elle se débrouillait plutôt bien. Le soir venu, au lieu de filer dans sa chambre comme les autres élèves, elle se dirigea vers le bureau du proviseur. Elle voulait lui demander s’ il était possible de prendre des cours supplémentaires, le soir ou les week- end. Elle entra timidement dans le bureau et s’assit face à M. Lerman. Elle lui exposa sa requête. Ce dernier approuva sa volonté de réussir ses études et lui promit de la prévenir dès qu’il aurait trouvé des professeurs disponibles. Il lui demanda si elle pensait à certaines matières en particulier, et elle répondit toutes, sauf les maths, le lessydois et les sciences. Autrement dit, seulement les matières propres aux enfants magiques, ainsi que les langues, que son ancienne école n’enseignait pas. Il assura qu’il ferait son possible pour satisfaire ses demandes, et elle l’en remercia chaleureusement. Elle sortit du bureau et remonta dans sa chambre. Elle s’écroula sur le lit le plus proche en poussant un soupir de contentement. Simon lui lança :
« - Eh bien, à peine un jour que tu es là, Alexis, et tu empiètes déjà sur l’espace des autre.
- Oh désolé, je n’ai pas l’habitude de partager ma chambre, et j’avais oublié que vous étiez là. S’excusa la jeune fille en bondissant du lit.
- Merci ça fait plaisir de savoir qu’on passe à la trappe. Se moqua- t- il, avant d’ajouter :
- Non mais t’inquiète pas, hein ? Je plaisante. Nous avons quartier libre jusqu’à huit heures et demie. Après le repas, nous avons l’obligation de rester dans nos chambres respectives, jusqu’au couvre- feu, à dix heures.
Alexia hocha la tête afin de faire comprendre qu’elle avait écouté ce qu’il disait. Les deux amis partirent dans la chambre au bout du couloir, celle de James, Ludo,  Neil et martin (qui était aussi un élève de douze ans ). Il partirent tous ensemble vers la salle de sport : c’était leur routine habituelle : après les cours, ils faisait une heure ou une heure et demi  de sport et passait le reste du temps en salle de jeux ou  la bibliothèque. Ce jour- là ils firent de la muscu, au grand dam d’Alexia, qui aurait préféré aller sur les barres parallèles ou même au stand de tir- à- l’arc. En tout cas, partout sauf à la section muscu. Même si cela ne lui ferait sûrement pas de mal. Ils retrouvèrent au gymnase tous les sportifs, et bien sûr, Dylan se trouvait parmi eux. A l’instar de Greg, Mark ne mettait jamais les pieds au gymnase de son plein gré. Ce qui faisait de cette pièce le repère de Dylan qui y régnait en maître.
Alexia le chercha automatiquement des yeux. Elle le trouva vite. Elle resta plantée sur le seuil quelques secondes, en proie à une transe énamourée. Elle revint brutalement à la réalité et se força à détourner le regard. Elle se sentait rougir, et elle n’avait pas besoin de trahir sa vraie nature dès le premier jour. Elle suivit ses amis et s’allongea sous une barre de fer où elle avait placé deux poids de trente kilos. Elle attrapa la barre, banda les muscles de ses bras, souleva la barre puis la ramena contre son torse. Elle répéta ce mouvement une douzaine de fois. Le visage rouge, les bras en feu, transpirant sous l’effort, elle voulut souleva la barre de poids une dernière fois. Elle tendit les bras, et une fois que la barre fut au- dessus de sa tête, elle tenta de souffler, mais elle ne parvenait plus à respirer. Ployant sous l’effort, ses bras se plièrent brusquement et la barre cogna son front avant de rebondir sur sa poitrine. Elle poussa un grognement de douleur, le souffle coupé. Elle repoussa le barre qui tomba au sol avec un bruit sourd accompagné d’un cliquetis métallique. Heureusement, il y avait beaucoup de bruit dans le gymnase et personne ne fit attention à elle. Elle se releva et regarda autour d’elle : beaucoup de garçons faisaient le même exercice qu’elle, mais eux soulevait des poids bien plus lourds et bien plus longtemps. Ils portait vingt à trente fois des poids entre soixante- dix et cent- cinq kilos. Le plus fort d’entre eux- et ce n’était pas Dylan- soulevait cent- dix- sept kilos pour la 24ème fois. Ce garçon- là, lui apprit- on plus tard, était une véritable force de la nature, taillée comme un gorille, mais ne faisait pas de mal à une mouche. Il était la douceur incarnée. Il s’appelait Gabriel. Malgré elle, elle chercha Dylan des yeux. Il se battait au corps à corps non armé contre Sam. Sam mesurait environ 1m80, la taille standard des garçons de son âge. Sa stature ne suggérait pas des muscles d’acier. Il était fin, sans être gringalet. Il avait l’air un peu mou quand on le regardait de loin, mais c’était une grosse erreur. Il était vif et agile comme un chat, et Alexia se doutait que son revers ne devait pas être de tout repos pour son adversaire ; sinon, il n’aurait jamais pu être ami avec Dylan. En attendant que ses amis aient finis de s’entraîner, elle partit s’initier au tir à l’arc. Elle en avait déjà fait au sport au collège une fois. Elle ne s’était pas trop mal débrouillé mais elle ne considérait pas qu’elle avait dejà fait du tir à l’arc. Elle prit les quatre dernières flèches et le dernier arc et se dirigea vers la dernière cible libre. Elle se plaça à environ 20 mètre de la cible. Elle souffla calmement, banda son arc et encocha une première fleche. Puis elle llâcha. La flèche partit se ficher dans le 2. Elle répéta son petit manège. Les trois autres fleches vinrent se planter respectivement dans le 3, le 3 et le 6. Elle eu un sourire satisfait qu’un des garçons du stand remarqua :
-« Pourquoi tu souris ?
- Bah, j’ai plutôt bien réussi, j’ai mis toutes mes flèches sur la cible.
- C’est ça que tu appelles réussi ? moi, à huit ans, je mettais quatre flèches sur cinq dans le neuf ou le dix. Et maintenant, je peux tirer une flèche dans une autre. Se vanta l’autre
- Oui eh bien tout le monde n’est pas aussi doué, que toi, hein tu m’excuseras.
- Oh ça va t’énerve pas Alexis, je voulais pas me foutre de toi. Se radoucit le garçon.
- Ah ouais ? bah c’est pourtant l’impression que t’as donnée. Et comment tu connais mon nom ? demanda sèchement Alexia
- On est dans la même classe. Répondit ce dernier, un rien moqueur.
- Tu vois, t’es tellement insignifiant que je t’ai pas remarqué.
- Ou alors,c’est que t’es pas assez attentive. Répliqua t-il.
Alexia ignora sa remarque.
- tu es qui finalement ? fit elle toujours aussi sèchement
- Ian.
- Dis- moi, Ian, tu te la pète toujours autant ?
- Dis- moi Alexis, tu es toujours de si mauvaise humeur ?
Vexée, elle tourna les talons et sortit du gymnase. Elle se dirigea droit vers sa chambre et une fois dedans, shoota de toutes ses forces dans sa trousse qui trainait par terre. Enfin calmée, elle la ramassa, et s’assit à côté de son bureau. Elle sortit d’un tiroir une boîte noire, plate et rectangulaire, reliée à des fils en cire recouverte d’aluminium. Ce boîtier était un émetteur, un accessoire permettant à un magicien de faire parvenir en direct un message psychique à des mortels. Elle branchait les capteurs de cire sur sa tête. La cire favorisait la lecture des pensées, et l’aluminium assurait le transport des informations jusqu’au boîtier. Mais quand au fonctionnement même de l’émetteur, personne n’en avait la moindre idée. Alexia, tout en pensant à sa maison, dicta mentalement un message «  bonjour tout le monde, je vais bien. C’est une véritable école de brute mais certains gars sont vraiment sympa. Sinon je me suis un ennemi- le plus robuste du collège- mais aussi des amis, dont un vraiment mignon et qui me défend. Bon bah voilà, j’espère que vous aussi vous allez bien. Bisous ! » Elle rangeait l’émetteur quand James entra dans la chambre, suivi de près par Simon et Quentin. Le garçon en tête vint lui demander pourquoi elle était partie toute seule du gymnase. Elle leur relata l’histoire avec le dénommé Ian. Maintenant qu’elle y repensait, elle se sentait stupide. Elle ne comprenait plus trop pourquoi est- ce qu’elle s’était énervée comme ça. Simon se ficha un peu d’elle en disant que décidément  « Tu es vraiment hyper impulsif, Alexis ! Le problème c’est que tes réactions sont immatures et irréfléchie à cause de ça. » Elle lui donna une claque gentille sur l’épaule en souriant. Ils partirent tous dîner et retrouvèrent Rénald, Neil et Ludo. (Ces trois là sont dans la même chambre que  James.) ils parlèrent de leur familles, de  leur régions, de leur matière scolaire favorites et de leur pouvoir préféré. Neil adorait l’invisibilité, Ludo la téléportation, Rénald la télékinésie, Quentin préférait lancer des éclairs bleutés quand à Simon, il affectionnait plus particulièrement la télépathie. James adorait renforcer sa souplesse, se force et sa vitesse grâce à ses pouvoirs, et Alexia trouvait fantastique de voler et envoyer des ondes de choc.
¤    ¤    ¤
   Elle avait mal. Ses côtes la faisaient souffrir. Les larmes l’aveuglaient, emplissaient sa bouche, elle suffoquait. Une voix résonnait dans sa tête, mais elle ne comprenait pas. La lame aregntée se rapprocha du cou tendre du bébé. Un geste vif, précis. Le sang coula, vermeille, bouillonant. Sa tête explosa, on la frappait contre un mur, mais c’était comme si on la frappait « de l’intérieur ». Elle n’eut aucune blessure physique. Seulement la douleur.
Son réveil sonna doucement. Alexia attrapa la petite fiole dans le double fond de sa valise et s’enferma dans la salle de bain. Elle avala la potion et serra les poings. C’était désagréable, presque douleur cette sensation de changer. Ses muscles se développaient, tout comme son appareil génital. Ses cheveux rétrécirent, sa poitrine également. Elle gagna quelques centimètres et ses pieds s’allongèrent, à l’instar de ses poils. Malgré tout, elle gardait des traits de visage plutôt féminins et sa souplesse. Elle se tourna vers la glace. Ses yeux étaient toujours rouges et humides, et ses cheveux en désordre. Son cauchemar la troublait. Jusque là, elle avait toujours cru que son unique et quotidien mauvais rêve était un souvenir. Apres tout, sa famille avait disparue dans un accident de voiture, ce qui expliquait les flammes. L’enfant qui pleurait n’était autre qu’elle et celui qui criait devait être son frère (elle savait qu’elle en avait un petit, les médecins le lui avait dit.) quant aux sentiments qu’elle ressentait elle se disait que sa honte et sa culpabilité devait être liées au fait qu’elle était la seule survivante. Mais ce cauchemar remettait en doute tout son raisonnement. Les sensations étaient si réelles ! Elle avait l’impression de connaître la petite fille tuée, de savoir à qui appartenait la voix incompréhensible dans sa tête. Même si elle ne pouvait pas mettre de nom ou de visage sur ces personnes. Au plus profond d’elle- même, elle sentait que cette s’était réellement produite, et qu’elle était antérieure au cauchemar habituel. Mais elle refusa de prêter attention à ce qu’insinuait son intuition, et retourna se coucher. Comme toujours, elle ne se rendormi pas, bien qu’il soit quatre heures du matin. Au bout de cinq minutes, elle sortit de son lit et se dirigea vers la salle d’études. Elle sortit son livre de langues étrangères et pendant une heure, se força à prononcer correctement l’accent estrennien. Elle n’avait pas trop de mal et se félicitait de son aptitude. Elle se pencha ensuite sur la religion. Son ancien collège n’apprenait pas les différents dieux, ni les légendes à leur sujet. Du coup, elle n’y connaissait rien, ses parents n’étant eux- mêmes pas croyant, ni pratiquant. Il y avait vraiment trop de dieux : un pour chaque élément fondamental, un pour chacun des éléments naturels, et le dieux de la magie, également roi des dieux. Ce dernier était le seul que l’on retrouvait dans toutes les croyances et toujours sous le même nom : Mirzao. Dans sa religion, propre au Lessyde, le dieu du feu était Gork, celui de la Terre, se nommait Minor, et les déesses de l’eau et du ciel avaient pour nom Antia et Cinn. Elle entendit soudain des bruits de pas, et bientôt, Dylan apparut dans son champ de vision. Elle ne le croyait pas trop du genre à se lever à cinq heures du matin pour réviser. Il l’aperçut bientôt et se dirigea vers elle.
« - Déjà debout ? tu es tombée du lit ou quoi ? se moqua le jeune garçon.
- Je te retourne la question.
- C’est moi qui aie posé la question le premier ! A toi de répondre en premier. Protesta- t’il.
-Je travaille. Soupira la jeune fille. Tu sais ce que c’est ou pas ?
- Pourquoi tu te fous de moi comme ça ? tu ne me connais même pas. Rétorqua Dylan.
- Suffisamment pour savoir que tu es du genre je me la pète et fainéant. Comme tous ceux qui ne sont que des grosses brutes en somme.
Dylan n’apprécia pas qu’Alexis le prenne de haut et le catalogue de cette façon. Il n’était effectivement pas très sérieux mais ses  résultats scolaires étaient tout de même plutôt bons. Il se pencha par-dessus l’épaule de son camarade, arracha la feuille de son cahier et la froissa avant de la déchirer en petits morceaux.  Alexia se leva brusquement, l’attrapa par le col et le plaqua contre les étagères derrière lui.  Elle donna un coup de pied bien placé, dans le ventre du garçon. Il se plia en deux, mais se redressa promptement en lui assénant une gifle ancestrale. Alexia tomba à la renverse. Elle se releva, prête à se battre. Les deux jeunes gens avaient un caractère très impulsif et bien trop fier. De ce fait, leur devise à tout deux, sans qu’ils se soient concertés, n’était autre qu’œil pour œil et dent pour dent. Alexia ne voulut pas utiliser ses pouvoirs, bien qu’ils soient imperceptibles. Elle voulait se prouver qu’elle pouvait se mesurer à un vrai garçon. Mais avant qu’elle aie pu esquisser le moindre geste, Dylan l’attrapa par les poignets, et lui fit une balayette. Alexia se retrouva par terre, écrasée sous le poids de l’adolescent, qui désormais la maintenait au sol, assis à califourchon sur elle. Il emprisonna ses bras entre ses jambes et murmura à son camarade :
- Tu n’as aucune chance contre moi. Alors maintenant excuse toi de m’avoir jugé aussi mal. Cela m’a beaucoup vexé.
Pour toute réponse, Alexia lui lança un regard meurtrier et gesticula de plus belle. Elle ne pouvait pas se mesurer à un garçon, bien qu’elle en soit un. Dylan attrapa d’une main les cheveux de son camarade et les tira vers l’arrière.
- Technique de fille, grommela Alexia.
-Mais au moins moi je ne suis pas étendu par terre à la merci d’un autre élève, répliqua le garçon. Excuse- toi. Ordonna- t-il.
-Pfff, dans tes rêves. Cependant, il fallait bien que la jeune fille se rende à l’évidence : elle ne faisait pas le poids contre Dylan. Mais il était hors de question qu’elle s’excuse. Alors elle augmenta imperceptiblement sa force et roula sur le côté. Elle se retrouva à califourchon sur son camarade et rougis aussitôt. Elle se reprit cependant et envoya son poing dans la figure du garçon, avant de se relever, de rassembler ses affaires et de repartir. Dylan ne la rattrapa pas, se contentant de la regarder d’un drôle d’air qu’elle ne put déchiffrer. Elle sortit, avant d’avoir pu l’entendre murmurer :
- Bah merde alors, il a rougit !
¤    ¤    ¤
Alexia frappa timidement au bureau du proviseur. Un puissant « entrez » résonna. Elle ouvrit la porte, pénétra dans le bureau et prit place sur l’un des deux grands fauteuils moelleux. Mr  Lerman commença :
- Nos professeurs travaillant déjà énormément, ils ne peuvent pas assurer de cours de soutien particulier. Cependant, nous avons de très bons éléments parmi les élèves qui ont acceptés de vous aider. Ian Pellincer vous enseignera le tir à l’arc et toutes les autres techniques de combats demandant de la précision et de la patience. Sinon, l’art de la défense vous sera dispensé par Dylan Fretchay, votre mentor de combat habituel. C’est Wilhem Yorens qui vous apprendra les langues. Quant aux matières relatives à la magie elles vous seront assurées par Quinn Cobey.
La jeune fille réprima un gros soupir d’énervement. Pourquoi fallait- il qu’elle s’entraîne avec Ian, devant qui elle s’était lamentablement humiliée. Et avec Dylan, le garçon avec qui elle se chamaillait tout le temps… et qui la faisait souvent rougir.
avatar
Brise

Messages : 51
Date d'inscription : 02/06/2013
Age : 20

Feuille de personnage
Etats: RPG Gone: -/ RPG Disparus: -
Points: Disparus PV 10/10, PM 10/10 — GONE PV 10/10, PM 10/10
Inventaires: RPG Disparus: 5 trousses de secours/ RPG Gone: 5 trousses de secours

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Résumé

Message par June le Mar 30 Déc - 23:19

Coucou !

Je viens donc donner mon avis, puisque j'aime encourager les auteurs en herbe et les conseiller au mieux, selon moi du moins puisque je ne suis en aucun cas une experte en la matière. Voici donc mes critiques, après avoir lu ce premier chapitre : Attention aux transitions ! Elles sont souvent absentes dans ton récit. (Exemple : Tu commences par parler du rêve, puis tu sautes à l'enfance d'Alexia sans transition ni rapport entre les deux thèmes. Tu dois amener chaque sujet avec style, par des connections entre thèmes.) Attention aux descriptions énumératives ! Cela donne l'impression que tu balances les informations sans tenter de les romantiser (Exemple : Description d'Alexia sans aucun style utilisé, juste en donnant ses caractéristiques sans rien ajouter de plus : c'est inutile. Laisse nous faire la connaissance d'Alexia, nous rendre compte nous-même de son caractère, sinon nous n'aurons pas l'occasion de nous attacher à elle, si nous connaissons déjà tout cela.) Attention aux fautes de frappe ! Les garçons définissent souvent Alexis en utilisant un pronom féminin. Toi-même il t'arrive de mélanger les deux lors des descriptions, puisque -je suppose- tu prends en compte les points de vue des différents personnages, mais fais attention à ce qu'on ne s'y perde pas. Attention aux nombre de personnages ! Il est difficile de retenir tous les noms et toutes les caractéristiques de tout le monde, et j'admets que j'ai beaucoup de mal pour me rappeler de tout le monde, donc la moitié de tes personnages sont passés à la trappe dans mon esprit. Si tu souhaites intégrer autant de personnages, fais-le petit à petit, le temps qu'on s'habitue aux premiers avant de connaître les autres, ou bien supprimes-en si personnages inutiles il y a.

Mis à part ça, au niveau de l'histoire, j'apprécie vraiment le concept heroïc fantasty moderne, c'est un thème que je souhaitais utiliser un jour puisque je n'avais vu personne le faire, mais tu l'auras donc fait avant moi haha ! L'histoire est attachante, et le début d'histoire d'amour entre Alexia et Dylan est assez plaisant, peut-être survenu un peu trop tôt, cependant. Cependant, les noms de langues et de pays sont féeriques, mais pas les prénoms, pourquoi ce choix ? Des prénoms aussi banals au milieu d'un monde aussi fantastique font un peu tâche dans le paysage.
Ton scénario est vraiment plaisant, et même si le travestissement pour entrer dans un milieu uniquement masculin est un thème assez récurrent, surtout au niveau des oeuvres asiatiques il me semble (Hanazakari no Kimitachi e au Japon, adapté en Corée sous le nom To The Beautiful You, ou encore You're Beautiful à nouveau en Corée, adapté au Japon sous le nom de Ikemen Desu Ne. Il y a également en Corée The First Shop of Coffee Prince qui évoque le travestissement.) On a toujours hâte de savoir le moment où ce secret sera révélé, et je suppose que cela donnera lieu à bien des événements de pseudo-homosexualité !

Enfin bref, je lirais la suite, bonne chance !


avatar
June
Une barre
Une barre

Messages : 196
Date d'inscription : 07/05/2014
Localisation : Le grenier des Foxworth.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Résumé

Message par Brise le Jeu 1 Jan - 15:41

Merci beaucoup June pour ton avis! Je vois qu'il y a pas mal de points à rattraper, je vais essayer d'améliorer tout cela. En lisant ton commentaire (très pertinent et constructif, soi dit en passant) je me suis rendu compte que j'avais remarqué quelques unes de tes critiques,mais je n'avais rien changé, pensant que cela passerait... Pour les personnages, la plupart ne seront pas très importants, ils ne sont que de simples camarades/amis passagers. Quand au prénom d'Alexia/Alexis, c'est vrai que je me mélange parfois, j'ai essayé d'être plus prudente dans le second chapitre. Pour le scénario, je dois admettre que le thème de travestissement est très revisité, mais j'avais eu l'idée de cette histoire il y a deux- trois ans, et je n'en avais encore jamais lu.
Pour ce qui est des prénoms courants dans un monde imaginaire, "féerique", comme tu dis, c'est parce que je n'y avais tout simplement pas pensé, mais c'est vrai que c'est une bonne idée, je vais réfléchir pour trouver des prénoms plus originaux.
Encore merci pour ton avis et tes encouragements! Smile

P.S: j'ai cru comprendre que tu écrivais des fictions, si tu en as une sur ce forum ou un autre site, pourrais- tu me paser le llien s'il te plaît? je serais ravie de lire tes écrits


«Avant j'étais schizophrène, maintenant nous allons mieux.» Wink
avatar
Brise

Messages : 51
Date d'inscription : 02/06/2013
Age : 20

Feuille de personnage
Etats: RPG Gone: -/ RPG Disparus: -
Points: Disparus PV 10/10, PM 10/10 — GONE PV 10/10, PM 10/10
Inventaires: RPG Disparus: 5 trousses de secours/ RPG Gone: 5 trousses de secours

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Résumé

Message par June le Jeu 1 Jan - 19:21

Pour les personnages passagers, c'est assez délicat, tu es parfois obligée de leur donner un nom mais autant dans ce récit, ça donne l'impression qu'il y en a beaucoup trop, c'est dommage. L'idée de travestissement est il est vrai assez récurrente mais je dois avouer que j'adore ce concept, et les quiproquo auxquels il donne lieu ! Donc je ne considère pas que ce soit un mauvais point pour ma part. Tu n'es pas obligée d'inventer des prénoms, tu peux en utiliser des déjà existants mais très rares. Si tu es anglophone ou que tu te débrouille pas trop mal, essaie ce site : http://www.behindthename.com/ Tu trouveras tous les noms que tu désires avec un sens à chacun et une étymologie, c'est très pratique.

Haha, merci. J'ai une fanfiction sur Gone si tu souhaites la lire, elle se trouve sur ce lien https://www.fanfiction.net/s/10835721/1/Otherwise Elle est également présente sur ce forum, mais pas complète. Lorsque tu l'auras lue, n'hésite pas à reviewer où à m'envoyer ton avis (le plus constructif possible si cela ne te dérange pas) merci d'avance !


avatar
June
Une barre
Une barre

Messages : 196
Date d'inscription : 07/05/2014
Localisation : Le grenier des Foxworth.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Résumé

Message par Brise le Ven 2 Jan - 20:07

Merci pour le lien des prénoms! Cool, j'irai voir ta fanfic quand j'aurai le temps dans ce cas


«Avant j'étais schizophrène, maintenant nous allons mieux.» Wink
avatar
Brise

Messages : 51
Date d'inscription : 02/06/2013
Age : 20

Feuille de personnage
Etats: RPG Gone: -/ RPG Disparus: -
Points: Disparus PV 10/10, PM 10/10 — GONE PV 10/10, PM 10/10
Inventaires: RPG Disparus: 5 trousses de secours/ RPG Gone: 5 trousses de secours

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Résumé

Message par Brise le Sam 3 Jan - 14:35

Comme l'a suggéré June, j'ai changé les prénoms des personnages, du moins des principaux. Cependant, je n'ai pas encore trouvé pour Dylan.

Correspondance des prénoms:

Alexia/ Alexis = Anax
Dylan = ?
Simon = Sargheï
Ian = Jill
James = Dracomir, alias Drac
Quentin = Dunstan , alias Dan
Léo = Aleksey, alias  Alek (pour l'instant, il n'est apparu que dans le résumé, mais il aura un grand rôle)
Mark = Markel
Greg = Gwal (prononcé Gval)
Katie = Clélie
Manoé= Manoé ou Elis, que préférez- vous?
Amaury = Cole

Dites moi ce que vous en pensez


«Avant j'étais schizophrène, maintenant nous allons mieux.» Wink
avatar
Brise

Messages : 51
Date d'inscription : 02/06/2013
Age : 20

Feuille de personnage
Etats: RPG Gone: -/ RPG Disparus: -
Points: Disparus PV 10/10, PM 10/10 — GONE PV 10/10, PM 10/10
Inventaires: RPG Disparus: 5 trousses de secours/ RPG Gone: 5 trousses de secours

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Résumé

Message par June le Sam 3 Jan - 14:49

J'aime beaucoup les prénoms que tu as choisis ! Et personnellement, je préfère Elis.


avatar
June
Une barre
Une barre

Messages : 196
Date d'inscription : 07/05/2014
Localisation : Le grenier des Foxworth.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Résumé

Message par Brise le Sam 3 Jan - 14:52

Ok merci. La suite ne va pas tarder, je change juste les prénoms et c'est bon.


«Avant j'étais schizophrène, maintenant nous allons mieux.» Wink
avatar
Brise

Messages : 51
Date d'inscription : 02/06/2013
Age : 20

Feuille de personnage
Etats: RPG Gone: -/ RPG Disparus: -
Points: Disparus PV 10/10, PM 10/10 — GONE PV 10/10, PM 10/10
Inventaires: RPG Disparus: 5 trousses de secours/ RPG Gone: 5 trousses de secours

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Résumé

Message par June le Sam 3 Jan - 14:52

Super, je la lirais !


avatar
June
Une barre
Une barre

Messages : 196
Date d'inscription : 07/05/2014
Localisation : Le grenier des Foxworth.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Résumé

Message par Brise le Sam 3 Jan - 15:11

Chapitre 2 : Entraînement intensif


- Bah ça va, tu n’es pas si nul que ça, Anax! lança Jill avec un clin d’oeil.
- Nan… je rêve ou tu viens de me faire un compliment ? se moqua la jeune fille
- Oh c’est bon fais pas ton rabat- joie. Grogna son ami
- Désolé.
Anax alla récupérer ses flèches plantées dans la cible. Il n’y en avait pas une qui ne soit fichée sous le cercle du 7. Elle était plutôt fière d’elle, d’autant plus qu’elle n’en était qu’ à sa quatrième séance d’entraînement. Elle avait deux cours avec Jill par semaine, deux également avec Dylan, et un avec Qwain (/!\ Quinn). Ce dernier se rendit vite compte qu’elle possédait un immense potentiel magique. Il pensait d’ailleurs arrêter les cours de soutien à la fin du mois. Cependant, Wilhem, le grand blond de 17 ans désespérait. Son jeune élève avait beaucoup de mal à rattraper son retard en langues, malgré les trois leçons hebdomadaires.
- Bon, comme tu te débrouille plutôt bien, on va passer aux mannequins. Commença le jeune professeur. Tu dois viser le milieu du front entre les deux yeux, ou bien le cœur, le ventre ou les poumons. Mais les deux premiers points sont les plus efficaces. Allez vas- y !
La jeune fille partit s’installer au bout de la salle, face à un mannequin en cuir épais, qui ressemblait parfaitement à un être humain. Cela la répugnait un peu de devoir s’entraîner à tuer des gens, d’autant plus qu’elle n’en savait pas la raison. Se tournant vers son camarade, elle demanda :
- Jill, pourquoi apprend- on à se battre ? Je ne me servirais jamais d’un couteau ! sauf pour couper mon steack, mais pas pour découper un homme !
Il resta pensif un long moment, puis finis par répondre :
- La direction et les enseignants refusent de nous le dire, et nous ont formellement interdit de chercher à comprendre, sous peine d’être de la Corvée. Il n’y a qu’une personne qui est subie cette punition et elle en est restée traumatisée pendant une semaine entière, le jour comme la nuit. C’était il y a 11 ans apparemment, et personne depuis ne désobéis sous cette menace. Mais sinon, il parait que Markel est au courant de ce qui passe, et de pourquoi on doit savoir se défendre. Aucun de nous n’a osé l’interrogé, à part peut- être Dylan et Gwal, mais je n’en suis pas sûr. On évite d’en parler, on a trop peur d’être entendu par les profs.
-Mais c'est horrible! On se croirait dans une secte.
- Tu exagère un peu là, tu crois pas?
- Pas du tout! !Mes parents m'ont parlé des ses groupes. Ils maintiennent les autres dans l'ignorance et leur ordonne tout ce qu'ils veulent, parce qu'ils ont su gagner leur confiance. C'est exactement ce qu'il se passe ici!
Le ton de Jill se fit soudain tranchant:
- Tu ne devrais pas tenir ce genre de discours. Si ce n'était pas moi, on pourrait te balancer auprès de la direction. et ils ne sont pas tendres avec ceux qui cherchent à tout savoir. Moi aussi j'ai posé des questions l'année dernière. Je me suis arrêter quand ils m'ont menacé de me mettre de Corvée.
- Mais c'est grave Jill!
- Non, c'est rien, c'est juste qu'on se fait des idées pour rien.
Anax ne répondit rien mais ses doutes persistaient fortement. Elle se promit d'en parler à Sargheï. Ce gars était pire qu'une commère, il savait toujours tout sur tout le monde. C'en était presque effrayant!


¤    ¤    ¤

Annax se rendit vite compte que Sargheï ne savait rien, ou du moins, qu'il ne voulait rien dire. Elle avait essayé, durant ces deux derniers mois, des approches très différentes pour lui faire parler de cette raison mystérieuse qui les obligeait à devoir se battre armé.  Elle avait d'abord esquissé quelques allusions discrètes, et voyant que cela ne la menait à rien, elle avait essayé d'être plus directe, tout en restant sur ses gardes. Mais aucune de ses techniques n'avait fonctionnées. Alors qu'elle allait laisser tomber, Sargheï vint la trouver un soir, alors qu'elle travaillait seule à la biblothèque. La jeune fille poussa ses affaires, et son camarade s'assit en face d'elle. Avant qu'elle n'est pu ouvrir la bouche, le garçon chuchota rapidement:
- Tu devrais arrêter de me poser des questions, je ne sais rien. Personne ne sait rien. "On apprend à se battre parce que nous sommes en danger", c'est ce que j'ai entendu, mais c'est tout. Tu dois leur faire confiance, ce sont nos profs, nos tuteurs, pour certains d'entre nous, ils sont comme des parents. Alors arrête de voir le mal là où il n'y en a pas. Okay?
- Okay, soupira la jeune fille. Mais où as tu entendu cette rumeur, comme quoi nous sommes en danger?
Devant le regard suspicieux de son ami, elle s'empressa d'ajouter:
- Enfin je veux dire que ça me parait bizarre. Moi qui est vécu longtemps dehors, je n'ai pas l'impression que les magiciens comme nous soient en danger... Il ne serait pas un peu parano le gars qui t'as dit ça?
- Je pense pas, mais tu n'as qu'à le lui demander. Tu le connais bien, c'est Dylan.
Anax faillit s'étrangler. Pourquoi tout revenait toujours à ce Dylan? Elle maugréa qu'elle irai le voir, rangea ses cahiers rapidement et sortit.


¤  ¤  ¤

- Anax relève toi! Allez plus vite que ça! Je te rappelle que tu as un examen dans deux mois, et si tu n'es pas prêt, tu redoubleras. Mais quelle idée de s'inscrire en milieu d'année, tu ne pouvais attendre la fin de l'année, franchement? Allez viens là. Mais cours donc fainéant; c'est pas possible ce gars, j'ai l'immpression d'avoir à faire à une fille!
A ces mots, le coeur dannax rata un battement. Puis elle se resaisit et jura intérieurement contre ce jeune homme qui la rabrouait sans cesse. Elle rejoignit finalement Dylan au milieu de la pièce, et tenta de râler, plus pour la forme qu'autre chose:
- Ca suffit, j'en ai assez que tu me traites toujours de fille! Je viens de courir quinze kilomètres, d'effectuer trois parcours du combattants niveau supérieur -allors que je suis intermédiare- et le tout en moins d'une heure et demie! J'ai bien le droit de souffler un peu non?
- Tant que tu peux parler, c'est que tu n'es pas fatigué, répliqua le garçon.
Le jeune professeur regarda le parcours qu'avait effectué son élève. Une échelle de fortune, haute de 10 mètres, de laquelle il devait sauter pour franchir un fossé de 3 mètre de large et de 25 mètres de profondeur. Une fois sur le promontoir face à l'échelle, Anax avait dû sauter d'une hauteur de 8 mètre, avant de ramper dans la boue sous des barbelés éléctriques. Puis, le jeune garçon avait couru sur 500 mètres avant de restertsé plongé dans un bassin d'eau froide -environ 10° - en apnée, pendant deux minutes, puis rester encore huit minutes en respirant. Il avait ensuite dû sortir de l'eau et grimper un mur d'escalade naturel, et le redescendre. Dylan se dit qu'il avait été sûrement trop dur avec son élève, et décida de continuer plus calmement, avec un exercice qu'affectionnait particulièrement Anax. Bien qu'il fasse plain d'erreur. Le maître vint se placer derrière lui et lui tendit un poignard. Il ne s'agissait pas d'une vrai arme, mais d'un poignard magique, dont la lame disparaissait pour se transformer en une tâche de couleur lorsqu'elle rencontrait une surface dure. Dylan fit apparaître un hologramme belliqueux, et ordonna à Anax de le tuer. L'apprenti s'y mit de bon coeur, il adorait manier les courtes armes blanches. Mais Dylan le stoppa rapidement.
- Ton corps est trop penché en avant, tu ne sollicites pas assez tes abdominaux, et tes épaules sont trop rentrées. REdresse ton dos et guène ton ventre. Voilà, comme ça. Lève un peu ton coude, parfait. Recommence.
Anax reprit, s'acharnant à essayer de frapper mortellement son adversaire immatériel, tout en esquivant ses attaques. Dylan l'arrêta de nouveau et s'approcha de lui.
- Dès que tu te concentres sur le combat, tu oublies le maintien. Tu dois penser à tout. Pour cette fois, je vais te servir de parade, je te maintiendrait les épaules en arrière et le ventre contracté.
Il se plaça derrière la jeune fille et posa une main sur son épaule gauche, et l'autre main sur son ventre. La jeune fille sentit le sang lui mmonter aux joues, mais elle se calma rapidement. Ce type avait trois ans de plus qu'elle et la considérait comme un garçon. Elle n'avait aucune chance. Elle se concentra à nouveau sur le combat. l'hologramme bondit vers elle, et elle l'esquiva de justesse. La main de Dylan s'enfonça dans son ventre. "Contracte!" lui intima t-il. Et de nouveau, sa main s'appuya sur la surface dure des muscles d'Anax. Il tirait les épaules de son élève vers l'arrière, tandis que ce dernier donnait des coups à l'hologramme. Puis soudain, l'image belliqueuse profita d'une demi seconde d'inattention de la part de son adversaire -concentrée sur le maintien- et lui envoya un coup de coude dans le sternum. La jeune fille tomba à la renverse, le souffle coupé. Son ami la rattrapa et la remit sur ses pieds.
- Je pense que c'est assez pour aujourd'hui.
Anax hocha la tête, le visage rouge, le souffle court, et le corps en sueur. Pas sexy pensa l'adolescente en attrapant sa bouteille d'eau.
- Et ne t'en fais pas Anax, tu as un grand potentiel, c'est pour ça que je te fais chier, la complimenta Dylan. Je veux voir jusqu'où tu peux aller, repousser tes limites. C'est impressionnant ce que tu arrives à faire, pour ton âge.
Elle faillit s'étouffer, de joie et d'étonnement: il lui avait fait un compliment! De nouveau, ses joues rougirent, et cette fois- ci le jeune homme le remarqua. Il fronça les sourcils, ouvrit la bouche pour questionner Annax, mais ce dernier avait déjà fait demi tour et sortait de la salle d'entraînement.
La jeune fille se dirigea rapidement vers sa chambre pour se changer. Aujourd'hui, elle allait à sa première Visite Mensuelle. Les nouveaux n'y allaient pas durant le premier trimestre suivant leur arrivée, car ils avaient généralement trop de travail à rattraper. Une fois par mois, les enfants magiques se réunissaient, filles et garçons, enfants et ados, alternativement à Margs et à Spender. Ce mois de mars, c'était au tour des garçons de se déplacer. Quand elle entra dans sa chambre, Sargheï, en caleçon, cherchait activement sa chamise blanche. Bien qu'elle soit habituée à ces situations, et qu'elle parvienne à garder une attitude neutre, la jeune fille était toujours troublée chaque fois qu'un des ses camarades se déplaçait à moitié nu à travers la pièce. Elle attrapa son jean noir, sa chemise et sa veste de costume noire, et s'enferma dans la salle de bain. Une fois prête, elle sortit et fut assaillie par Sargheï et Dracomir -qui était venu les rejoindre- s'extasiant devant son sex- appeal.
- La vache, Annax, tu vas faire un carton auprès des filles! s'exclama Drac. Je parie que tu finiras casée avec une nana à la fin de la soirée.
- Tu rigoles ou quoi? Même s'il ne sort qu'avec une seule, il va en emballer une dizaine, renchérit Sargheï.
Annax, dont la beauté masculine et l'idée d'embrasser une fille stressait, intervint:
- Euh, je suis là, moi! Et j'ai peut-être pas forcément envie de me taper tout l'institut de Margs!
- Dis- moi, tu ne serais pas un peu anxieux pas hasard?
- Si.
- Pourquoi? C'est le soir le plus cool et attendu du mois, s'étonna Drac.
Alexia ne mit pas longtemps à trouver une excuse qui ne remettrait pas en cause sa condition de garçon. Et pour une fois, elle ne mentait pas.
- Hum... c'est- à- dire que je n'ai jamais dragué de filles. Ca a l'air flippant.
Sargheï sourit:
- Oh t'en fais pas, mon chou, vu comment t'es roulé avec une chemise et une veste, t'auras pas besoin de draguer, ça viendra tout seul.
Annax grogna. Oui, elle était anxieuse. Elle avait peur. Peur que ses manières de filles ne ressortent trop avec l'environnement, peur de ne pas vérifier l'heure, et de ne pas prendre sa potion à temps. Et si elle se transformait en fille devant tout le monde? Quelle châtiment lui infligerait- on pour mensonges et tromperie?




J'aimerai vraiment avoir des avis sur ce chapitre, surtout sur la conversation de la fin, car je ne sais pas trop si leur réaction est celle de garçons de 12- 13 ans, je ne m'y connais absolument pas en conversation privée de garçons pré- puberts, s'apprêtant à aller voir des filles pour la seule fois du mois...


«Avant j'étais schizophrène, maintenant nous allons mieux.» Wink
avatar
Brise

Messages : 51
Date d'inscription : 02/06/2013
Age : 20

Feuille de personnage
Etats: RPG Gone: -/ RPG Disparus: -
Points: Disparus PV 10/10, PM 10/10 — GONE PV 10/10, PM 10/10
Inventaires: RPG Disparus: 5 trousses de secours/ RPG Gone: 5 trousses de secours

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Résumé

Message par June le Dim 4 Jan - 11:32

J'ai l'impression que ce chapitre est plus court que le premier, non ? J'aurais donc peu de choses à dire.

Commençons donc. Les prénoms sont bien intégrés dans le récit cette fois, merci d'avoir appliqué mon conseil ! La mise en place d'une intrigue se fait correctement ("Pourquoi nous apprendre à nous battre"). Par contre, j'ai été un peu déçue de la scène avec Dylan. Le moment où il lui montre les mouvements de combat. Je l'avais vue venir depuis longtemps, et je trouve ça beaucoup trop cliché, mais ce n'est que mon avis. (Juste que c'est une scène beaucoup trop récurrente et qu'elle commence à m’écœurer) Pour la fin, je pense que cela peut aller. Je ne suis pas de sexe masculin et je ne m'y connais pas tant que ça, mais il me semble que c'est à peu près ça haha !

Bonne chance pour la suite ! C'est prometteur, j'aime bien.


avatar
June
Une barre
Une barre

Messages : 196
Date d'inscription : 07/05/2014
Localisation : Le grenier des Foxworth.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Résumé

Message par Brise le Dim 4 Jan - 13:08

Merci encore pour ton avis! Oui, ce chapitre est plus court que le premier. Par rapport à la scène avec Dylan, est ce que tu pourrais être un peu plus précise s'il te plaît? je trouve aussi qu'il n'est pas super mais je ne sais pas dire ce qui me dérange...


«Avant j'étais schizophrène, maintenant nous allons mieux.» Wink
avatar
Brise

Messages : 51
Date d'inscription : 02/06/2013
Age : 20

Feuille de personnage
Etats: RPG Gone: -/ RPG Disparus: -
Points: Disparus PV 10/10, PM 10/10 — GONE PV 10/10, PM 10/10
Inventaires: RPG Disparus: 5 trousses de secours/ RPG Gone: 5 trousses de secours

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Résumé

Message par June le Dim 4 Jan - 13:22

Ah oui excuse moi ! J'ai oublié de préciser. Je parle du fait que ton héroïne est embarrassée par les gestes de Dylan qui la touche pour lui montrer les mouvements.


avatar
June
Une barre
Une barre

Messages : 196
Date d'inscription : 07/05/2014
Localisation : Le grenier des Foxworth.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Résumé

Message par Brise le Lun 5 Jan - 16:14

Ah oui d'accord, je vois, effectivement c'est vu, revu et re-revu... Enfait je voulais plus insister sur le fait que bon bah 1) elle est amoureuse de lui, mais que que surtout 2) elle est intimidée parce qu'il est son aîné, et en occurrence, aussi son professeur.
Mais c'est vrai que cette scène est pas top


«Avant j'étais schizophrène, maintenant nous allons mieux.» Wink
avatar
Brise

Messages : 51
Date d'inscription : 02/06/2013
Age : 20

Feuille de personnage
Etats: RPG Gone: -/ RPG Disparus: -
Points: Disparus PV 10/10, PM 10/10 — GONE PV 10/10, PM 10/10
Inventaires: RPG Disparus: 5 trousses de secours/ RPG Gone: 5 trousses de secours

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Résumé

Message par June le Mar 6 Jan - 21:37

Elle est vraiment amoureuse ou bien est-ce seulement de l'attirance pour l'instant ? Ce serait peut-être un peu rapide, non ? (Je ne juge pas du tout, je pose juste des questions ~)


avatar
June
Une barre
Une barre

Messages : 196
Date d'inscription : 07/05/2014
Localisation : Le grenier des Foxworth.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Résumé

Message par Brise le Mer 7 Jan - 16:08

Non pour l' instant c'est plus une simple attirance, elle n' a que douze ans pour l' instant en plus!


«Avant j'étais schizophrène, maintenant nous allons mieux.» Wink
avatar
Brise

Messages : 51
Date d'inscription : 02/06/2013
Age : 20

Feuille de personnage
Etats: RPG Gone: -/ RPG Disparus: -
Points: Disparus PV 10/10, PM 10/10 — GONE PV 10/10, PM 10/10
Inventaires: RPG Disparus: 5 trousses de secours/ RPG Gone: 5 trousses de secours

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Résumé

Message par Brise le Mar 13 Jan - 20:17

Au fait, je suis allée voire ta fanfic' de Gone sur le site dont tu m' avais donné le lien. J'ai vraiment beaucoup aimé, je t'ai écrit un commentaire plus pertinent (du moins je l'espère).


«Avant j'étais schizophrène, maintenant nous allons mieux.» Wink
avatar
Brise

Messages : 51
Date d'inscription : 02/06/2013
Age : 20

Feuille de personnage
Etats: RPG Gone: -/ RPG Disparus: -
Points: Disparus PV 10/10, PM 10/10 — GONE PV 10/10, PM 10/10
Inventaires: RPG Disparus: 5 trousses de secours/ RPG Gone: 5 trousses de secours

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Résumé

Message par June le Mer 14 Jan - 16:46

Merci ! Je viens d'aller voir, mais comme je ne peux pas trop te répondre sur fanfiction.net, je vais te répondre ici, j'espère que tu n'y vois pas d'inconvénient. Je réponds donc aux points que tu as soulevés :

En fait, lorsque j'ai commencé cette fanfiction, je n'avais pas prévu d'y insérer les personnages de Gone, mais d'inventer tous les personnages, c'est donc pour cela que Lena a un prénom ressemblant à celui de Lana, ce n'était pas gênant au départ, mais c'est devenu désagréable par la suite, sauf qu'il était trop tard pour changer lorsque je l'ai réalisé.

J'ai prévu plus ou moins quarante chapitres, vingt dans chaque partie, et je l'ai tué dans le chapitre 15 ; ça paraît court, mais c'est quasiment à la moitié de la totalité du récit. Je ne voulais pas accumuler toutes les morts à la fin, et la sienne n'avait pas vraiment pour but de sensibiliser le lecteur (C'était un personnage assez inutile ; nullement développé et juste là à titre de "bon copain"), mais plutôt de provoquer un déclic chez Anna, qui était beaucoup trop nunuche à mon goût.

Pour les fautes d'orthographe, j'en suis sincèrement désolée. Il fut une époque où je n'en faisait quasiment jamais, mais maintenant j'ai du mal je l'avoue, c'est surtout de l'inattention mais même à la relecture je n'y fais pas attention, c'est difficile haha x)

Je suis contente que tu aimes Lance, j'avais l'impression qu'il était si peu apprécié ! Il est un peu invisible à cause de Lena, je tente d'y remédier dans la deuxième partie mais c'est un personnage discret de nature, j'ai un peu de mal haha ! Enfin bref, je suis actuellement en train d'écrire le sixième chapitre de la seconde partie, mais je n'ai eu le temps de poster qu'un seul chapitre pour le moment, je les mettrais en ligne progressivement. Voici le lien du premier chapitre, si tu souhaites le lire : https://www.fanfiction.net/s/10971514/1/Dead-End

En tout cas, merci énormément pour ton commentaire, il va beaucoup m'aider, je te suis extrêmement reconnaissante !


avatar
June
Une barre
Une barre

Messages : 196
Date d'inscription : 07/05/2014
Localisation : Le grenier des Foxworth.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Résumé

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum